Ils sont tous volontaires et ont fait partie du groupe d’expérimentation N°1. Nicolas Hoareau, Ludovic Jappont, Claudia Lallemand, Gianni Payet et Stéphanie Télegone témoignent …


 

Quel était donc l’objectif de ce fameux groupe d’expérimentation QVT ? Il s’agissait d’arriver à mieux travailler ensemble en développant la reconnaissance, la latitude décisionnelle. Pour cela nos volontaires ont dû apprendre à améliorer la communication et la coopération en fluidifiant les relations et le management intergénérationnel pour se fédérer autour de la culture et des valeurs de la Cilam. Un vaste programme qui manifestement a porté ses fruits.

Qu’en disent-ils ? « Nous voyons dans cette démarche novatrice une possibilité de mettre en pratique des actions pouvant faire évoluer les relations et l’organisation. Elle s’inscrit aussi dans la continuité de ma formation PRAP ».

Autre témoignage : « Recueillir nos suggestions nous permet de nous sentir investis, écoutés. Donner la chance à tous de s’exprimer et de partager les projets sont des signes de reconnaissance pour nous ».

Un dernier ressenti ? « Nous sommes dans le participatif et le collaboratif pour construire le futur de la Cilam ».